"Habitudes"

(Sur papier Saunders Waterford, couleurs Winsor&Newton/Sennelier: jaune Bismuth, still de grain brun, magenta Quinacridone, orange de Chine, bleu outremer vert.)

Afin de définir l'atmosphère de la scène choisie, il est bon de commencer par traiter les grandes zones de travail, en réservant les objets plus lumineux pour ne pas risquer de corrompre les blancs.

Ici la direction de la lumière est essentielle, ainsi que sa température. J'ai choisi une lumière froide plus matinale, en opposition aux rouges très présents dans mon sujet, et un contre jour permettant une mise en valeur des volumes blancs. Si la lumière est froide, les ombres à l'inverse seront chaudes, le contraste créé permettra de donner plus de présence et de volume aux objets de ma scène.

 

Avoir commencé par le fond soutenu me permet alors de travailler les volumes de mes objets sans craindre d'obtenir des valeurs trop faibles par la suite, ce qui serait probablement le cas si mon fond était encore blanc à cette étape.

La lumière étant froide, les volumes de mes objets sont composés de gris légers et froids pour les côtés éclairés. Mais le contre jour étant important, la majorité de mes volumes sont composés de gris chauds. Pour obtenir des fondus en douceur, le papier est humidifié avant d'y déposer des teintes d'abord diluées, puis de plus en plus concentrées au fur et à mesure du séchage du papier.

Les volumes des zones de couleur vives sont tout d'abord mises en valeur avec leur couleur complémentaire. Ici des verts froids apporteront une belle profondeur, sans risquer de corrompre le rouge qui doit rester éclatant.

Lorsqu'une couleur vive est un élément important de l'oeuvre, le choix de la palette est essentiel bien entendu, mais en ce qui concerne l'aquarelle il faut être particulièrement attentif aux qualités particulières des pigments.

En effet, leur niveau de transparence influe énormément sur la vivacité des couleurs, mais également leur réaction lors des mélanges. Le fait de déposer un rouge transparent sur des ombres faites au préalable, lui permet de prendre le dessus même dans les zones sombres. Si les rouges étaient traités en une seule étape, le bleu prendrait inévitablement l'ascendant sur lui, il pourrait même venir le ternir dans des zones qui doivent rester très lumineuses.

Les contrastes colorés sont très utiles pour donner un aspect encore plus vif à une teinte. Ici les rouges sont mis en valeur par les verts froids créés lors de la réalisation du fond.

L'aquarelle impose souvent un travail des grandes zones aux plus petites et des teintes claires aux plus sombres. Ici c'est bien le cas, les détails sont très présents par leur intensité.

C'est un avantage car cela permet d'affirmer sa composition par des élements plus nets et graphiques. Cela peut également être salvateur en cas de perte de luminosité, car le contraste créé peut rallumer une zone un peu trop sombre.

Mais cela peut aussi changer l'échelle des valeurs, par simple contraste. Une fois les décors posés sur la théière, les volumes ont été atténués. J'ai dû alors réhausser certains gris, de façon à faire concurrence aux rouges et aux marrons très intenses.

Les différents contrastes

La composition

L'atmosphère d'une lumière froide
Les volumes en contre jour
Mise en valeur des couleurs vives
Détails et contrastes graphiques

© Tous droits réservés.